Aller au contenu principal
Zerstörtes Berlin 1945
Zerstörtes Berlin 1945 © © Trinity Mirror / Mirrorpix / Alamy Stock Photo

La fin de la guerre à Berlin

Des lieux historiques authentiques qui nous replongent dans le passé

Berlin, le 8 mai 1945, jour de la libération. La ville est en ruines. Un tiers des habitations et des rues sont détruites. La guerre est terminée, bien qu'elle ait laissé des traces.

Votre application pour la fin de la guerre à Berlin

  • Maintenant disponible gratuitement pour iPhone et Android
  • En savoir plus sur les sites historiques et les monuments commémoratifs de Berlin. Découvrez comment des témoins contemporains ont vécu la fin de la Seconde Guerre mondiale. Pour en savoir plus sur cette époque, la reddition inconditionnelle du 8 mai et les années d'après-guerre.
     
Jetzt im App Store laden: Download ABOUT BERLIN Jetzt im Google Play Store laden: Download ABOUT BERLIN

 

Le Berlin détruit

Aucune autre ville n'est aussi imprégnée du passé que Berlin. Certes, les anciennes friches industrielles ont été aménagées et les ruines d'autrefois ont disparu. Pourtant, l'histoire mouvementée de la ville est encore présente dans le paysage urbain.

Zerstörtes Berlin 1945 - Sichtachse vom Brandenburger Tor
Zerstörtes Berlin 1945 - Sichtachse vom Brandenburger Tor © © Photo 12 / Alamy Stock Photo

Quiconque explore Berlin en prêtant attention à ce qui l'entoure se demandera régulièrement quels sont ces étranges dégâts, cratères et petits trous ronds qu'on aperçoit dans les murs et façades. En fait, il s'agit d'impacts de balles datant de la Seconde Guerre mondiale.

Einschußlöcher Alte Münze
© visitBerlin, Foto: Jan Frontzek

À de nombreux endroits tels que la façade du Musée d'histoire naturelle, les traces de la guerre ont volontairement été conservées à titre de rappel et de souvenir. Vous pouvez également découvrir des impacts de balle sur la Colonne de la Victoire, sur les arches de la station de S-Bahn Friedrichstraße, à proximité de l'Alexanderplatz, sur les piliers du Musée de Pergame et du Bode-Museum, ainsi que sur la consolidation des berges de l'Île aux Musées.

La tour en ruine, un rappel de la paix

Kaiser-Wilhelm-Gedächtniskirche
© GettyImages, Bild: philipp_eder

Hier sehen Sie auch die Madonna von Stalingrad. Die Kohlezeichnung des Lazarett-Arztes Kurt Reuber gelangte während der Schlacht um Stalingrad mit einem letzten Transportflugzeug aus dem Kessel. 1983 übergaben die Angehörigen das Bild der Gedächtniskirche zum Gedenken an die Opfer. Ein weiteres in der Kirche ausgestelltes Kunst-Objekt, das zum Frieden mahnt, ist das Coventrykreuz.

Il est impossible de manquer les traces de la bataille de Berlin présentes sur les statues du Martin-Gropius-Bau, sur les bâtiments de la fondation Stiftung Neue Synagoge Berlin ou encore sur la tour de l'Église du Souvenir de Berlin, le monument commémoratif le plus marquant de la ville. Détruite par les bombes, la tour de l'église a été conservée en ruines suite à des débats publics, et complétée par une nouvelle construction de l'architecte Egon Eiermann.

Vous pouvez également y admirer la Madone de Stalingrad. Le dessin au fusain de Kurt Reuber, médecin au sein d'un hôpital militaire, est arrivé de Stalingrad grâce à l'un des derniers avions de transport. En 1983, sa famille offrit le dessin à l'église du souvenir en hommage aux victimes. Un autre objet exposé dans l'église en mémoire de la paix est la croix de Coventry.

Inscriptions des soldats russes au Reichstag

Inschriften im Reichstagsgebäude
© © VPC Photo / Alamy Stock Photo

Au Reichstag, derrière une vitre de protection, vous pourrez lire les écrits et signatures des soldats russes sur les murs du bâtiment qu'ils ont pris d'assaut entre mai 1945 et 1950.

La capitulation à Karlshorst

Unterzeichnung der Kapitulationsbedingungen 1945
Unterzeichnung der Kapitulationsbedingungen 1945 © © Photo 12 / Alamy Stock Photo

Le 7 mai, le général Alfred Jodl a signé la capitulation sans condition de la Wehrmacht à Reims, dans le quartier général des Alliés. Dans la nuit du 8 au 9 mai 1945, Wilhelm Keitel, chef de l'Oberkommando de la Wehrmacht, a signé les documents correspondants avec la partie soviétique à Berlin-Karlshorst.

 

Deutsch-Russisches Museum Berlin-Karlshorst

Kapitulationssaal im Deutsch-Russisches Museum Berlin-Karlshorst
Kapitulationssaal im Deutsch-Russisches Museum Berlin-Karlshorst © Museum Berlin-Karlshorst, Foto Thomas Bruns

La salle de la capitulation, dans l'ancien mess de l'école d'espionnage de la Wehrmacht peut encore être visitée aujourd'hui. De 1945 à 1949, le bâtiment a abrité le siège de l'administration militaire soviétique. Il a été classé lieu de commémoration historique en 1967. De nombreux objets militaires et du quotidien originaux, des affiches de propagande et des lettres en franchise militaire vous donnent aujourd'hui un aperçu du quotidien des soldats et civils des deux camps.

Lieu de commémoration et lieux historiques à Berlin

Des souvenirs divers et variés prennent vie. Il s'agit de souvenirs qui ne doivent pas être oubliés. Ils sont également documentés dans de nombreux lieux de commémoration authentiques, comme la Topographie de la terreur, l'ancienne centrale de la Gestapo et le commandement SS. La villa de la conférence de Wannsee, durant laquelle les hauts fonctionnaires du gouvernement nazi ainsi que les SS ont planifié ce qu'ils appelaient la « Solution finale à la question juive », est aujourd'hui un musée et un centre de formation.

 

Topographie des Terrors
Topographie des Terrors Außenausstellung © Stiftung Topographie des Terrors, Foto: Stefan Müller

Le camp de concentration Sachsenhausen est maintenant un lieu d'apprentissage ouvert. Les emplacements d'origine, les baraques, les cellules et le centre administratif ainsi que plusieurs expositions permanentes permettent de découvrir son histoire.

 

Gedenkstaette und Museum Sachsenhausen
Eingang Gedenkstätte Sachsenhausen © Gedenkstätte und Museum Sachsenhausen, Foto: Lars Wendt

En 1945, l'histoire du monde a également été écrite à Potsdam. Staline y a résidé au cours de l'été 1945, dans une villa près du lac Griebnitzsee, lors de la conférence de Postdam. C'est dans le château de Cecilienhof que les trois alliés principaux ont planifié la nouvelle organisation de l'Europe, et scellé le destin de l'Allemagne et de la ville, qui serait bientôt séparée.

Potsdam, Neuer Garten, Schloss Cecilienhof, Vestibül (Konferenzraum), Raum 4.
Potsdam, Neuer Garten, Schloss Cecilienhof, Vestibül (Konferenzraum) © Stiftung Preußische Schlösser und Gärten Berlin-Brandenburg

En savoir plus sur l'histoire de Berlin

 

À Dahlem, le Musée des Alliés vous permettra d'en découvrir plus au sujet de l'ancien secteur américain de l'après-guerre. Vous pourrez non seulement découvrir des documents et des enregistrements vidéo orignaux, mais également y voir l'entrée d'un tunnel d'espionnage anglo-américain.

Sowjetisches Ehrenmal Treptow
Sowjetisches Ehrenmal Treptow © Tourismusverein Berlin Treptow-Köpenick e.V. (www.tkt-berlin.de)

Auf dem Ehrenfriedhof im Treptower Park fanden 7000 Soldaten der sowjetischen Seite ihre letzte Ruhe. Das Sowjetische Ehrenmal Treptow ist ein beeindruckendes Monument, umrahmt von Wiesen und hohen Bäumen. Ein friedlicher Ort, der dazu einlädt inne zu halten. Der Krieg ist zu Ende.

Plus de 7 000 soldats russes reposent dans le cimetière de l'Armée rouge du parc de Treptow. Le monument aux morts soviétique est impressionnant, entouré de pelouse et de grands arbres. Un lieu apaisant qui invite à se recueillir.  Heureusement, la guerre est terminée.

D'autres lieux contre l'oubli dans le Berlin d'aujourd'hui