Aller au contenu principal
Karl-Marx-Allee
Karl-Marx-Allee © visitBerlin, Foto: Günter Steffen

We keep you informed during the Corona crises:

 

About the current situation in Berlin

 

Guidelines in view of the corona epidemic in Germany

 

On our emergency page you will find all important information and updates on the current situation in Berlin. We have compiled the addresses and telephone numbers of embassies, consulates, train stations, airports and hospitals for you.

EMERGENCY SITE

Our Service Center can provide you with more information

+49 (0) 30 25 00 25

La division en quatre zones et la reconstruction de Berlin (de 1945 aux années 50)

La ville aux quatre zones

Les Alliés partagèrent Berlin lors de la conférence de Yalta Quatre zones furent ainsi définies, la France contrôlait la partie Nord-Ouest, l'Angleterre l'Ouest et les USA le Sud-Ouest de la ville. Toute la partie Est de Berlin resta sous contrôle de l'Union soviétique. Considérant les résultats des premières élections pour la « Stadtverordnetenversammlung du Grand Berlin », les responsables municipaux désignés par le commandant soviétique de la ville, avec le maire Arthur Werner, furent contraints de laisser la place à un gouvernement SPD sous la direction d'Otto Ostrowski (SPD : parti social démocrate). Les tensions grandissantes entre les puissances ayant remporté la victoire conduisirent à une « Guerre froide » à l'échelle internationale.Berlin était quant à elle le micro-terrain sur lequel se déroulait les combats silencieux.

Blocus et pont aérien

Un blocus des transports ferroviaires et routiers fut organisé par les pouvoirs soviétiques qui tentaient de rendre les zones Ouest de Berlin dépendantes de l'approvisionnement économique par Berlin-Est et la périphérie sous contrôle soviétique. Leur tentative échoua cependant grâce au « pont aérien ». Dans le but de soutenir leurs propres soldats et de venir en aide à la population berlinoise, les États-Unis d'Amérique et l'Angleterre transportèrent, de juin 1948 à mai 1949, 2,34 millions de tonnes de charbon, de produits alimentaires et de matériaux de construction par avion, via les aéroports de Tempelhof et Tegel ainsi que le lac Berliner See.

Le maire de Berlin

La force de volonté, le pouvoir de résistance et la lutte contre l'annexion souhaitée par les pouvoirs soviétiques furent portés par un personnage symbolique, le conseiller municipal Ernst Reuter (SPD). Par ses actions, il impressionna la population et les alliés occidentaux. Son discours aux « peuples du monde » , tenu le 9 septembre 1948, fut suivi par environ 300 000 personnes sur le parvis du Reichstag. Trois mois plus tard, Ernst Reuter fut élu maire de Berlin-Ouest à la majorité absolue.
Le 30 novembre, soit cinq jours avant l'élection, des divisions politiques s'étaient opérées à Berlin. À Berlin-Est en revanche, le Parti socialiste unifié d'Allemagne (SED) avait forcé le retrait des représentants municipaux et Friedrich Ebert, le fils du premier président du Reich, fut élu maire de Berlin. Les autorités militaires occidentales limitèrent son droit d'autorité à la zone Est de la ville.

La question de la capitale

La Constitution de la République fédérale d'Allemagne (23 mai 1949) et celle de la RDA (7 octobre 1949) revendiquaient le droit sur le Grand Berlin. Pour Berlin-Ouest, le statut spécial des Alliés fut maintenu jusqu'à la réunification en 1990. La capitale fédérale et siège du gouvernement de la RFA était Bonn tandis que Berlin-Est devint la capitale de la RDA.

Développement de la ville à l'Est et à l'Ouest

Le conseiller municipal en charge des projets de construction, Hans Scharoun, était un visionnaire. En 1945, le gouvernement militaire soviétique lui avait confié la tâche de développer un plan de reconstruction de la ville de Berlin qui avait été en grande partie détruite. Selon les plans qu'il présenta en 1946, la démolition presque complète des structures encore existantes était prévue et la ville devait être divisée en plusieurs zones fonctionnelles. Au lieu de mettre en œuvre ce projet, la RDA adopta « seize principes pour l'urbanisme » et fit exploser le château de la ville pour y placer une « Demonstrationsplatz » (endroit de manifestation) et construisit, à partir de 1951, le « premier boulevard socialiste » du pays avec des bâtiments néoclassiques sur la Stalinallee (l'actuelle Karl-Marx-Allee).
Dans la partie Ouest de Berlin, l'espace formé entre le jardin zoologique, le Kurfürstendamm et l'Ernst-Reuter-Platz s'imposa peu à peu en tant que nouveau centre pour le commerce, la gestion et la culture. En 1957, l'exposition internationale d'architecture (Interbau) présenta les édifices érigés dans l'Hansaviertel et le palais des congrès dans le parc Großer Tiergarten. Ils sont les fruits d'une coopération étroite d'architectes de renommée mondiale tels que Le Corbusier, Oscar Niemeyer, Walter Gropius et bien d'autres encore. Les clés du cent-millième appartement construit à Berlin-Ouest grâce à des financements publics furent remises le 21 juin 1957.

Insurrection du 17 juin

Le 16 juin 1953, des ouvriers du bâtiment de Berlin-Est lancèrent une grève dans l'arrondissement Friedrichshain, contre l'augmentation des cadences de travail décidée par le gouvernement de la RDA. À la suite de ce premier événement, une révolte populaire éclata le 17 juin. Des manifestations et protestations eurent lieu dans l'ensemble de la RDA, le retrait du gouvernement et de nouvelles élections étaient alors demandés. La direction de la RDA s'enfuit vers Berlin-Karlshorst auprès des autorités soviétiques. C'est alors que les pouvoirs soviétiques décrétèrent un état d'urgence et mirent fin à l'insurrection en envoyant des chars d'assaut, 20 000 soldats et 8 000 membres de la Kasernierte Volkspolizei (police populaire encasernée). Le Bundestag allemand a déclaré le 4 août que le 17 juin serait le « Jour de l'Unité allemande » Ce jour-là, au moins 55 personnes trouvèrent la mort. De nombreuses arrestations et procès au pénal avec condamnations à mort ou encore de longues peines d'emprisonnement dans des camps de travail forcé ont suivi ces événements.

Voilà où sont localisés les lieux historiques dans la Berlin actuelle :