Aller au contenu principal
Volkspark Hasenheide
Volkspark Hasenheide visitberlin, Foto: Philip Koschel

Volkspark Hasenheide

Un morceau de l'histoire de Berlin

Autrefois enclos à lapins, plus tard terrain de chasse du Grand Electeur et enfin lieu où "Jahn, le père de la gymnastique" inventa le sport : le Volkspark Hasenheide est un sol historique.

Un monument à l'entrée nord du parc rappelle sa mémoire : 
Friedrich Ludwig Jahn - également appelé "Jahn, le père de la gymnastique" - est au début du 19e siècle un pédagogue renommé et un membre de l'Assemblée nationale de Francfort.

Des pompes pour la patrie

Jahn initie le mouvement de gymnastique allemand. Dès le début, le mouvement gymnique est lié aux premiers mouvements nationaux en Allemagne. Pendant l'occupation napoléonienne, Jahn fonde un premier terrain de gymnastique dans la Hasenheide de Berlin en 1811, où la jeunesse doit être préparée à la lutte contre la France et pour le sauvetage de la Prusse et de l'Allemagne. Jahn met la gymnastique au service d'une éducation patriotique en Prusse. En 1817, le mouvement gymnique atteint son apogée après les guerres de libération - la Prusse compte désormais plus de 100 terrains de gymnastique. Rien que sur le terrain de la Hasenheide, plus de 1.000 gymnastes se rassemblent en 1817.  En 1848, Jahn, le père de la gymnastique, devient député à l'Assemblée nationale allemande à Francfort-sur-le-Main.

Encore plus d'histoire. De l'enclos des lapins à la montagne de décombres

Le nom du parc remonte à l'utilisation du terrain comme enclos à lapins depuis 1678. Le Grand Electeur s'y rendait pour chasser. Le parc a été transformé par les nationaux-socialistes à l'occasion des Jeux olympiques de 1936. Pendant la transformation, l'ancien champ de tir, qui faisait auparavant partie du terrain d'exercice Tempelhofer Feld, a été intégré au parc. Aujourd'hui, les "Neuköllner Maitage" y sont organisés. La plus haute élévation est une montagne de décombres de 69 mètres de haut appelée Rixdorfer Höhe, composée d'environ 700.000 mètres cubes de débris de la Seconde Guerre mondiale. Le monument aux femmes des décombres de Katharina Szelinski-Singer, datant de 1955, rappelle à l'entrée de la Graefestraße les travaux de déblaiement effectués en majorité par des femmes.