Aller au contenu principal

En juin 1796, le jeune Ludwig van Beethoven, alors âgé de 26 ans, donne un concert de piano d’une grande virtuosité à la Cour Royale de Frédéric-Guillaume II. Le roi est enthousiasmé. Si, par la suite, Beethoven lui dédiera quelques-unes de ses œuvres, le pianiste ne reviendra pas à Berlin. Et pourtant : sa musique est indissociable de la ville et accompagne – presque comme une musique de film – nombre de ses événements historiques.

La symphonie de Beethoven, appelée « Eroica », était en train d’être donnée par la Staatskapelle, quand, le 5 novembre 1989, Rolf Reuter, directeur musical de l’opéra-comique, a exigé dans l’Église Gethsémané : « Le mur doit disparaître ! »  À l’occasion du concert de Noël l’année de la chute du Mur, Leonard Bernstein dirigeait justement la 9e symphonie de Beethoven à deux reprises à Berlin : au théâtre de Berlin-Est et à la philharmonie de la partie Ouest de la ville. À la place de « joie », il fait chanter « liberté » au chœur : « La liberté fait tourner les roues de la grande horloge universelle. »

À l’occasion de l’année de commémoration BTHVN2020, petits et grands orchestres de la ville sont mis en avant avec des cycles complets, auxquels les plus grands interprètes de Beethoven répondent également présents ; citons entre autres les pianistes Daniel Barenboim et Igor Levit ou la violoniste hors pair Anne-Sophie Mutter. La Staatskapelle consacre ses fêtes de fin d’année à la BTHVN2020. Le Deutsche Symphonie Orchester axe sa programmation sur Beethoven et les grandes symphonies de ce dernier révèlent toute leur puissance au Staatsoper.

Vous pouvez consulter les partitions de la « Neuvième symphonie » et d’une centaine d’autres compositions à la bibliothèque d’État de Berlin. Tout au long de l’année Beethoven, vous pouvez y voir de rares originaux dans le cadre de l’exposition « Diesen Kuss der ganzen Welt! » (Ce baiser au monde entier). Les familles, notamment, peuvent jeter un œil au programme du Musée des instruments de musique, qui vous invite, sous le titre « B and Me », à prendre place dans le salon Beethoven et à écouter de la musique tout en feuilletant les documents présentés.  Une escapade au jardin zoologique permet bien entendu aux aficionados de Beethoven de se rendre au mémorial du compositeur, à proximité de Floraplatz.